Skip to main content

Jean Chrisbene Justin

Raconté à 15 juin 20236 septembre 2023As Told To, Les immigrés noirs aujourd'hui, Trending

Il était policier en Haïti. Il quitte son pays après être menacé par des membres d'un groupe de bandits. Maintenant il est en attente de sa famille qui va le rejoindre à Chicago. 

Martine Severin à Borderless Magazine 
Jean Chrisbene Justin et son fils Oliver Ryan Justin, 5 ans, devant l'Église Adventiste du Septième jour Bethlehem Chicago, où ils assistent aux offices tous les samedis, à Chicago, Ill. 25 février 2023.
Tel que raconté à 15 juin 20236 septembre 2023As Told To, Les immigrés noirs aujourd'hui, Trending

Il était policier en Haïti. Il quitte son pays après être menacé par des membres d'un groupe de bandits. Maintenant il est en attente de sa famille qui va le rejoindre à Chicago. 

Les estimations de Pew Research Aux États-Unis, trouvent qu’ un Noir sur 10 est un immigrant. Dans Les immigrants noirs aujourd'hui, Borderless Magazine a parlé aux immigrants noirs de Chicago de leur foyer, de leur vie et des défis auxquels ils ont été confrontés en arrivant aux États-Unis.

Le policier Jean Chrisbene Justin a fait le constat de l'instabilité  sécuritaire croissante dans son pays d'origine, Haïti, en 2020 et a décidé de s'évader. Il n'était pas le seul. Plus de 100 000 Haïtiens ont été déplacés en 2021. La violence croissante des gangs, l'instabilité politique, ainsi que les catastrophes naturelles et les conditions météorologiques extrêmes continuent de provoquer des déplacements.

Vous voulez recevoir des articles comme celui-ci dans votre boîte de réception chaque semaine ?

Inscrivez-vous à notre lettre d'information gratuite.

Justin a déclaré à Borderless : « Ce n'était pas sûr. Je me suis dit que ce n'était pas bon. Je dois partir. En 2021, je suis arrivé à Chicago avec mon fils. Maintenant, j'attends jusqu'à la fin de l'année, en septembre, lorsque les tribunaux de l'immigration prendront une décision sur mon dossier [d'asile]. »

RefugeeOne est une organisation à but non lucratif qui aide chaque année plus de 2 500 réfugiés et immigrants de tous âges et de tous origines. Ils étendent actuellement son programme de demandeurs d'asile pour les Haïtiens et aide Justin dans sa demande d'asile.

Borderless Magazine a parlé à Justin de la tourmente croissante en Haïti, de son voyage aux États-Unis avec son fils et de l'attente de réunir sa famille à Chicago.

Jean Chrisbene Justin en uniforme de la Police Nationale Haïtienne à Montrouis, Haïti, 2019. Photo gracieuseté de Jean Chrisbene Justin

Je suis né et j'ai grandi à Croix-des-Bouquets - la ville natale du rappeur Wyclef Jean - et je suis l'aînée de mes frères et sœurs. Les langues officielles d'Haïti sont le français et le créole. Je parle donc plusieurs langues, dont l'anglais et l'espagnol.

Je voulais devenir officier de police parce que je voulais servir et protéger les gens. J'ai rejoint la police haïtienne le 27 décembre 2013. J'ai fait partie de l'équipe de la police touristique, PoliTour, pendant sept ans, jusqu'à ce que je quitte Haïti. J'ai adoré mon travail. J'ai fait mon travail avec tout mon cœur et mes connaissances.

Je travaillais à l'aéroport international Toussaint Louverture et je voyais beaucoup de gens qui essayaient de quitter le pays. La montée des gangs et de la violence s'explique par le désir de pouvoir. Les députés et les sénateurs profitent de leur campagne pour distribuer des armes aux chefs de gangs. La corruption de nos politiciens est directement liée au mouvement et à la mentalité des gangs. Chaque quartier a son gang. Les écoles et les services publics ferment lorsque les gangs deviennent plus violents.

Un de mes amis a été abattu. Si les gangs découvrent que vous êtes de la police, ils viendront chez vous et vous tueront. La police n'a aucun contrôle. Plus d'une fois, des membres de gangs ont essayé de me tuer. Je travaillais à la sécurité extérieure de l'aéroport international et je recevais des menaces parce que je devais souvent arrêter des personnes qui voulaient intimider les touristes.J'avais des problèmes chaque jour après avoir terminé mon travail, recevant menace après menace, alors j'ai décidé qu'il était temps pour moi de partir. C'était assez.

Jean Chrisbene Justin et son fils Oliver Ryan Justin, 5 ans, devant l'église adventiste du septième jour Bethlehem Chicago à Chicago, Illinois, le 25 février 2023. Martine Severin à Borderless Magazine 

J'ai emmené avec moi mon fils Oliver, qui avait alors quatre ans, et j'ai laissé ma femme et ma fille de trois mois. D’Haïti, je suis arrivé au Brésil, mais je n’y suis resté qu’un peu plus d’un an car la situation là-bas n’était pas bonne non plus. Pour gagner ma vie, je vendais des picolés, des glaces à la brésilienne, et d’autres choses pour de l’argent, mais ce n’était pas suffisant. J'ai demande un visa pour ma femme au Brésil, mais  celui-ci etait refuse a tout le monde à cause de l'instabilité du Brésil.

Comme je devais m'occuper de ma famille, j'ai décidé de quitter le Brésil en août 2021. Mon fils et moi avons ensuite traversé la Bolivie, le Pérou, l'Équateur et la Colombie. De là, nous avons marché dans la forêt pendant 11 jours jusqu'à ce que nous atteignions le Panama. C'est un passage que beaucoup empruntent. Tout au long du trajet, nous avons rencontré d'autres immigrants.

J'avais la charge de ma famille. j'ai donc décidé de quitter le Brésil en août 2021 puis mon fils et moi avons voyagé à travers la Bolivie, le Pérou, l'Équateur et la Colombie. De là, nous avons marché à travers la forêt pendant 11 jours jusqu’à atteindre Panama. C'est un passage qui est emprunté par beaucoup. Tout au long du trajet, nous avons rencontré d'autres immigrants.

Nous sommes arrivés au Mexique, après avoir traversé le Salvador et le Guatemala, et nous y sommes restés quelques mois, mais ce n'était pas facile non plus. Comme je n'avais pas de papiers, je ne pouvais pas travailler et je ne pouvais donc pas envoyer d'argent à ma famille. Finalement, j'ai décidé de rejoindre les États-Unis par bateau, mais nous nous sommes fait prendre. J'ai été emprisonné pendant 13 jours, mais j'ai finalement été libéré et autorisé à déménager à Chicago, où vivait mon ami, également haïtien.

Jean Chrisbene Justin et son fils Oliver Ryan Justin, 5 ans, à l'église adventiste du septième jour Bethlehem Chicago à Chicago, Illinois, le 25 février 2023. Martine Severin à Borderless Magazine 

Je vis à Chicago depuis un an maintenant. Je vis avec mon ami et je n’ai pas de papiers donc je ne travaille pas. Plus tard cette année, en septembre, j'ai une réunion avec les tribunaux de l'immigration où ils trancheront sur mon dossier d'asile.

Je veux travailler - mon père était charpentier en Haïti, alors j'ai appris les mêmes compétences que lui. Avec l'aide de RefugeeOne, mon fils, qui a maintenant cinq ans, est inscrit à l'école. J'ai entendu parler de RefugeeOne par l'intermédiaire d'un ami, et l'organisation m'aide à remplir mes papiers.

Mon séjour à Chicago a été bon et les gens ici sont gentils. Ils m'ont accepté. Chaque dimanche, je vais dans une église qui compte beaucoup d'autres Haïtiens. Je prends des cours au Olive-Harvey College et je travaille mon anglais. Je suis en cinquième année.

J'aimerais rentrer chez moi un jour ou l'autre. Haïti est un pays formidable : la mer, le soleil et le sable. C'est un endroit où l'on peut se la couler douce. Mais la politique de mon pays n'est pas bonne. Les gangs sont hors de contrôle. Il y a des manifestations dans les rues et les gens brûlent des pneus. Je ne peux pas rentrer maintenant.

Tous les Haïtiens veulent partir, et la seule raison pour laquelle ils restent est qu'il leur est difficile de partir. Je veux que toute ma famille soit ici avec moi, et je m'efforce de faire venir ma femme et ma fille. Mais pour l'instant, tout ce que je peux faire, c'est attendre. J'attends la date de mon procès en matière d'immigration. J'attends que ma famille me rejoigne. J'attends de pouvoir un jour retourner dans mon pays quand il sera sûr.

Cette histoire a été produite à l'aide de la méthode collaborative as-told-to de Borderless Magazine. Pour savoir comment nous réalisons des articles comme celui-ci, consultez notre explication visuelle de la méthode as-told-to .

Total
0
Partager